Ces derniers mots convainquirent Soliman de la déloyauté d'Ibrahim et le 15 mars 1536, le corps sans vie d'Ibrahim fut découvert dans le palais de Topkapı[67]. Il a quand même pris soin d'épargner le plus bête de ses fils, un ivrogne notoire. Après la mort de son père, il est monté sur le trône en 1520, étant gouverneur de Manisa. Mon Constantinople, mon Caraman, le centre de mon Anatolie Rompant avec deux siècles de traditions ottomanes[27], une ancienne concubine était devenue l'épouse légale du sultan, à la stupeur des observateurs du palais et de la ville[60]. D'un point de vue plus symbolique, le traité faisait référence à Charles Quint, non en tant qu'« empereur » du Saint-Empire mais uniquement comme « roi d'Espagne »[22]. Présent sur trois continents et devenu l'une des grandes puissances mondiales, grâce à sa supériorité milit [] Lire la suite L'historien de la littérature E. J. W. Gibb observe « qu'à aucun moment, même en Turquie, il n'y eut plus d'encouragement envers la poésie que sous le règne de ce Sultan »[54]. Lorsque Soliman décéda en Hongrie, les Ottomans érigèrent un petit tombeau sur place et y avaient inhumé son cœur. Elle mena à la mort du roi, « Je suis venu en armes contre lui mais ce n'était pas mon souhait qu'il meure ainsi alors qu'il avait à peine goûté aux plaisirs de la vie et de la royauté », « Il était non seulement un grand militaire, un homme d'épée comme l'avait été son père et son arrière grand-père avant lui mais il différait d'eux car il était également un homme de plume. À l'âge de sept ans, il fut envoyé à l'école du palais de Topkapı à Constantinople (Istanbul) pour y étudier les sciences, l'histoire, la littérature, la théologie et les tactiques militaires. Finalement, il choisit de se rendre à l'invitation, confiant dans le fait que le soutien de l'armée le protégerait. Après avoir éliminé les doublons et choisi entre les textes contradictoires, il délivra un unique code légal qui ne violait pas les lois basiques de l'islam[45]. Les États barbaresques de Tripolitaine, de Tunisie et d'Algérie devinrent des provinces autonomes de l'Empire et permirent de menacer Charles Quint, qui avait échoué à chasser les Ottomans en 1541[36]. En 1553, Soliman lança sa troisième et dernière campagne contre le shah. Dans le domaine fiscal, des taxes sur les animaux, les mines ou les profits du commerce furent levées. Parmi ceux-ci, la mosquée Süleymaniye, construite en 1557 par l'architecte à la demande du sultan, est la dernière demeure de Soliman et de Roxelane : ils y reposent dans deux mausolées séparés rattachés à la mosquée au sein de la capitale ottomane, désormais nommée Istanbul[86]. Son cou est un peu trop long, son visage est mince et son nez aquilin. Cependant, Ibrahim perdit le soutien du sultan. Avec l'aide de l'armée de son père, Sélim battit Bayezid à Konya en 1559 et ce dernier chercha refuge chez les Séfévides avec ses quatre fils. Il est le neuvième sultan de la dynastie ottomane. Le règne de Soliman le Magnifique est l'apogée de l'empire ottoman qui s'étend alors sur une partie de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe de l’Est. Plus tard, Soliman se montre autoritaire. Cependant, la lutte de succession avait débuté bien des années auparavant. La loi suprême de l'Empire était la charia, ou Loi sacrée qui, en tant que loi divine de l'islam, ne pouvait être modifiée par le sultan. Mustafa fut étranglé avec une corde à arc[76]. Il a une légère moustache et une courte barbe ; néanmoins il a une présence agréable même si sa peau a tendance à pâlir. : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article. D'importants territoires d'Afrique du Nord furent annexés. Avec l'aide de son grand vizir, il impose les réformes lui valant son surnom turc de « Législateur » (Kanûnî). Parmi les grands poètes du règne de Soliman, on peut citer Fuzûlî et Bâkî. Les Portugais avaient pris Ormuz et le détroit du même nom en 1515 et continuèrent de rivaliser avec les forces de Soliman pour le contrôle d'Aden[37]. Présent sur trois continents et devenu l'une des grandes puissances mondiales, grâce à sa supériorité milit [] Lire la suite Elle mena à la mort du roi Louis II de Hongrie, à la prise de Buda, à l'occupation de la Transylvanie, à la ruine d'un royaume florissant et à la peur des nations voisines de subir le même sort… »[9]. En conséquence, en 1529, Soliman remonta le Danube et reprit Buda avant d'assiéger Vienne. À la tête de son empire en pleine expansion, Soliman instaura des changements législatifs concernant la société, l'éducation, l'économie et le système judiciaire. Leur fils, Sélim II, succéda à Soliman à sa mort en 1566. Le sultan chercha à transformer Constantinople en centre de la civilisation islamique avec une série de projets dont des ponts, des mosquées, des palais et divers établissements sociaux. Tentant de vaincre le shah une bonne fois pour toutes, Soliman se lança dans une seconde campagne en 1548-1549. En 1564, Soliman reçut un émissaire d'Aceh (en actuelle Indonésie) demandant l'aide ottomane contre les Portugais. Son premier acte de clémence : la libération de plusieurs centaines de mamelouks que Selim Ier avait fait déporter lors de la conquête de la Syrie et de l’Egypte en 1516-1517. Soliman le Magnifique est considéré comme le plus grand empereur ottoman. La ville fut reprise par l'amiral Piri Reis en 1548. Sous son nom de plume, Muhibbi, Soliman composa ce poème pour Roxelane : Trône de mon mihrab, ma richesse, mon amour, mon clair de lune. Ulcéré par ce qu'il croyait être un plan de Mustafa pour s'emparer du trône, Soliman, en route vers le front perse, le convoqua dans sa tente à Ereğli pour qu'il « puisse se justifier des crimes dont il était accusé et qu'il n'avait rien à craindre s'il venait[75] ». Avec Soliman, l'Empire ottoman connaît une extension territoriale, une consolidation interne, un développement économique ainsi qu'un épanouissement des arts. Depuis cette base, Hadim Suleiman Pacha parvint à prendre le contrôle de tout le Yémen, dont Sanaa[30]. Le règne de près de 46 ans de Soliman demeure le plus long de l'histoire de l'Empire ottoman. Soliman est né à Trabzon au bord de la mer Noire, probablement le 6 novembre 1494[1],[Note 1]. De plus, l'empereur moghol Akbar échangea six documents avec Soliman, attestant des relations qu'entretenaient les deux principaux empires musulmans de l'époque[28],[29]. Soliman Ier (turc ottoman : سلطان سليمان اول (Sultān Suleimān-i evvel) ; turc : I. Süleyman) est probablement né le 6 novembre 1494 à Trébizonde (Trabzon) dans l'actuelle Turquie et mort le 6 septembre 1566 à Szigetvár dans l'actuelle Hongrie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. À l'été 1522, Soliman détacha une flotte de 400 navires tout en menant personnellement une armée de 100 000 hommes en Asie Mineure face à l'île[10]. Elle finira par se faire surpasser par Roxelane. Mustafa était considéré comme le plus talentueux des frères et avait eu le soutien de Pargalı Ibrahim Pacha avant l'exécution de ce dernier en 1536. Ferdinand renonçait à ses prétentions sur le trône de Hongrie et devait payer un tribut annuel pour les terres hongroises qu'il contrôlait. Ils ont ensemble 3 fils, dont un seul survivra : Şehzade Mustafa. Après avoir sécurisé ses frontières européennes, Soliman se tourna vers la menace posée par la dynastie chiite des Séfévides de Perse. Son code civil (appelé Kanun) fixa la forme de l'empire pour plusieurs siècles. L'histoire du règne du sultan Soliman le Magnifique. En 1538, la flotte espagnole fut battue à Préveza par Barberousse, ce qui permit aux Ottomans de sécuriser leur contrôle de la Méditerranée orientale pendant 33 ans, jusqu'à la bataille de Lépante en 1571[35]. Il était influencé par la vision que portait Alexandre pour un empire mondial, qui s'étendrait de l'Est à l'Ouest, vision qui pourrait avoir encouragé Soliman à entreprendre ses futures campagnes militaires en Asie, en Afrique et en Europe, afin d'étendre l'Empire ottoman[7]. Biographie courte de Soliman le Magnifique - Soliman Ier dit le Magnifique est né aux alentours du 6 novembre 1494 à Trébizonde, située dans... Soliman le Magnifique : biographie courte, dates, citations, Biographie courte de Soliman le Magnifique, Toutânkhamon : biographie courte du pharaon d'égypte, Roi Arthur : biographie d'un personnage de légende, Louis XI : biographie courte, dates, citations, George VI : biographie courte, dates, citations, Akhenaton : biographie courte, dates, citations, Lord Mountbatten : biographie courte, dates, citations, Henri II Plantagenêt : biographie courte, dates, citations, Édouard III : biographie courte, dates, citations, Henri III : biographie courte, dates, citations, Philippe-Auguste : biographie courte, dates, citations, Philippe le Bel : biographie courte, dates, citations, George V : biographie courte, dates, citations, Mohammed V : biographie courte, dates, citations, Pépin le Bref : biographie courte, dates, citations, Léopold II : biographie courte, dates, citations, Clovis Ier : biographie courte, dates, citations, Louis-Philippe : biographie courte, dates, citations, Henri II : biographie courte, dates, citations, Louis IX dit Saint Louis : biographie courte, dates, citations, Henri IV : biographie courte, dates, citations, Guillaume le Conquérant : biographie du roi d'Angleterre vainqueur d'Hastings, Louis XVI : biographie du dernier roi absolu, guillotiné par son peuple, Jean sans Terre : biographie courte, dates, citations, Louis XVII : biographie courte, dates, citations, Louis VII le Jeune : biographie courte, dates, citations, Louis XII : biographie courte, dates, citations, Hérode Ier le Grand : biographie courte, dates, citations, Attila : biographie courte, dates, citations, Hugues Capet : biographie courte, dates, citations, Louis XIII le Juste : biographie courte, dates, citations, Hassan II : biographie courte, dates, citations, Juan Carlos : biographie courte, dates, citations, Richard Ier Coeur de Lion : biographie courte, dates, citations, Charles X de France : biographie courte, dates, citations, Louis XVIII : biographie courte, dates, citations, Charles VII : biographie courte, dates, citations, Henri VIII : biographie courte, dates, citations, Louis XV : biographie courte, dates, citations, François Ier : biographie courte, dates, citations, Louis XIV : biographie du Roi Soleil, de la Fronde à Versailles. Il mena ses armées à la conquête des bastions chrétiens de Belgrade, de Rhodes et de la Hongrie avant de devoir s'arrêter devant Vienne en 1529. ». Le sultan Soliman a régné durant 46 ans sur l'empire ottoman, de 1520 à 1566. à Constantinople pour y étudier les sciences, l'histoire, la littérature, la théologie et les tactiques militaires. Il rassembla toutes les décisions faites par les neuf sultans ottomans précédents. Comme lui, 26 autres personnes célèbres ont leur anniversaire un 06 novembre. L'échec de Soliman devant Vienne marqua ainsi l'apogée de la puissance ottomane et de son extension territoriale en Europe centrale[19]. Certains nobles hongrois proposèrent que Ferdinand (1519-64), archiduc de l'Autriche voisine et lié à Louis II par mariage, devienne roi de Hongrie évoquant des accords antérieurs précisant que les Habsbourg prendraient le contrôle de la Hongrie si Louis II mourait sans héritier[15]. Avec une garnison de 700 hommes et sans aucun soutien de la Hongrie, la ville tomba en août 1521[8]. Ce dernier succéda ainsi à son père, devenant le 11e sultan de l'Empire ottoman[72]. Guillaume Postel écrit ainsi en 1537 : « Soliman a parmi ses enfants un fils nommé Mustafa, merveilleusement bien éduqué, prudent et en âge de régner car il n'a que 24 ou 25 ans ; Puisse Dieu empêcher un barbare d'une telle force de nous approcher » ; Ogier Ghislain de Busbecq parle de ses « dons naturels remarquables »[74]. Comme l'Empire manquait de règles pour nommer un successeur, la succession impliquait habituellement la mort des princes concurrents afin d'éviter une guerre civile. En échange d'une importante quantité d'or, le Shah autorisa un bourreau turc à étrangler Bayezid et ses quatre fils en 1561[77]. Ils se fondent notamment sur le style des bâtiments de ce complexe, proche de celui du mausolée de Soliman à Istanbul[79],[80]. Soliman était non seulement un poète et un orfèvre, mais également un mécène qui supervisa l'âge d'or de l'art, de la littérature et de l'architecture ottomanes. Estimant nécessaire de renforcer la présence de sa marine dans la région, Soliman plaça à sa tête l'amiral Khayr ad-Din Barberousse, connu en Europe sous le nom de Barberousse. Comme dans le conflit précédent, Tahmasp Ier évita toute confrontation avec l'armée ottomane et préféra se replier non sans avoir dévasté l'Arménie perse afin de priver les Ottomans d'abri durant le rude hiver caucasien[24]. Considéré comme le plus grand sultan de l'empire ottoman, Soliman surnommé « le Magnifique » par les Occidentaux, « le Législateur » ou « le Grand » par les Turcs, règne de 1520 à 1566. Son amiral Piri Reis mena une flotte ottomane qui s'empara de Mascate en 1552. Il y a 450 ans, le 7 septembre 1566, décédait à Szigetvár, une bourgade du sud de l’actuelle Hongrie, un personnage connu en Occident sous le nom de Soliman le Magnifique. Des centaines de sociétés artistiques impériales (appelées Ehl-i Hiref, « communauté des Talentueux ») étaient administrées depuis le palais impérial de Topkapı. Ibrahim était initialement un Grec de confession orthodoxe, originaire de Parga, en Épire[63],[64]. Leur fils, Selim II, succéda à Soliman à sa mort en 1566. Le nombre de médersas (lycées) enseignant la philosophie, l'astronomie et l'astrologie passa à 8[50]. Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier l'impitoyable Soliman ! Comme l'historien Patrick Balfour l'écrivit : « Il était non seulement un grand militaire, un homme d'épée comme l'avait été son père et son arrière grand-père avant lui mais il différait d'eux car il était également un homme de plume. Mustafa devait choisir, soit il apparaissait devant son père avec le risque d'être tué soit il refusait de venir et serait accusé de trahison. Néanmoins, Bagdad tomba l'année suivante et cela confirma Soliman en tant que chef de file du monde islamique et successeur légitime des califes abbassides[25]. Les deux frères survivants, Bayezid et Sélim, reçurent des commandements dans deux régions différentes de l'Empire. Les lieux d'éducation étaient souvent à proximité des mosquées et certains abritaient des dispensaires, des fontaines et des réfectoires ouverts au public[50]. Cihangir serait mort de chagrin quelques mois après le meurtre de son demi-frère[77]. Néanmoins, malgré les réformes de Soliman, la situation des Chrétiens resta marquée par la pratique du devchirmé. Dans l'océan Indien, Soliman mena plusieurs campagnes navales contre les Portugais qui s'étaient emparés du commerce avec la côte occidentale de l'Inde. ... Les dernières années du règne de Soliman le Magnifique Raconter l’histoire d'un grand homme en 46 planches n'est cependant pas une mince affaire. Soliman le MagnifiqueSoliman le Magnifique, le plus glorieux des sultans ottomans, fit trembler l'Europe pendant près d'un demi-siècle. Comme l'ambassadeur du Saint-Empire romain germanique à Constantinople l'écrivit : « La capture de Belgrade est à l'origine des événements dramatiques qui engloutirent la Hongrie. Sinan devint responsable de plus de 300 monuments dans tout l'empire dont ses deux chefs-d'œuvre, la mosquée Süleymaniye de Constantinople et la mosquée Selimiye d'Adrianople qui fut achevée sous le règne de Sélim II, fils de Soliman[57]. Start studying H6 : Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le Magnifique.. La version du 27 juillet 2013 de cet article a été reconnue comme «, « Âgé de 26 ans, il est grand mais maigre avec un teint délicat. Fils de Sélim Ier Yavuz, il fut le dixième sultan de la dynastie ottomane de 1520 à sa mort en 1566. Fils de Sélim Ier Yavuz, il fut le dixième sultan de la dynastie ottomane de 1520 à sa mort en 1566. Les registres de salaires qui nous sont parvenus témoignent de l'étendue du mécénat artistique de Soliman ; le plus ancien de ces documents date de 1526 et recense 40 sociétés avec plus de 600 membres. Seul fils survivant de Selim, il n'eut pas à affronter ses frères pour accéder au pouvoir contrairement à ses prédécesseurs. Admirateur d'Alexandre le Grand, il se lance dans de grandes campagnes militaires pour étendre l'Empire ottoman. Expansion en Europe (Rhodes, Hongrie), en Afrique du Nord (Alger, Tripoli, Tunis), au Moyen-Orient (Mésopotamie, Aden). Le Shah s'engageait également à cesser toutes ses incursions en territoire ottoman[26]. Il existait également des écoles supérieures dont les étudiants pouvaient devenir enseignants ou imams ; elles dépendaient étroitement du pouvoir politique ou religieux, contrairement aux universités européennes médiévales protégées par des privilèges. Dans le but d'empêcher l'exécution de ses fils, Hürrem usa de son influence pour éliminer ceux qui soutenaient l'accession au trône de Mustafa[56]. L'héritage de Soliman ne se limite pas simplement au domaine militaire. La nouvelle de la chute de l'un des bastions de la Chrétienté sema la peur dans toute l'Europe. La chronique du couple formé par Soliman le Magnifique et Roxelane n’est plus en odeur de sainteté sur les rives du Bosphore. Soliman promulgua de nouvelles lois pénales et judiciaires limitant le nombre d'actes passibles de la peine de mort ou de la mutilation et établit une liste d'amendes correspondants à des délits définis. Cela ne l'empêcha cependant pas de rassembler de nombreux politiciens. En quelques années, il conduit son armée _ la première du monde _ jusqu'aux portes de Vienne, devient le maître de la Méditerranée et s'installe à Bagdad. À l'âge de sept ans, il fut envoyé à l'école du palais de Topkapı à Constantinople (Istanbul) pour y étudier les sciences, l'histoire, la littérature, la théologie et les tactiques militaires. À la mort de Soliman, l'Empire ottoman était l'une des puissances les plus avancées au monde[81]. Son Kanune Raya, ou « Code des Rayas » réforma la loi concernant les taxes imposées à ceux-ci. Soliman tomba amoureux de Roxelane, une fille de son harem originaire de Ruthénie, territoire faisant alors partie de la Pologne. Cependant, des renforts espagnols obligèrent les Ottomans à lever le siège le 8 septembre. Après un siège de cinq mois, Rhodes capitula et Soliman, à la suite d'une négociation avec Philippe de Villiers de L'Isle-Adam, grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, autorisa les Hospitaliers à quitter l'île, ces derniers finirent par s'installer à Malte[11]. Durant ses treize années en tant que grand vizir, sa promotion rapide et l'accumulation importante de ses richesses lui avait attiré l'inimitié de nombreux courtisans. Biographie courte de Soliman le Magnifique - Soliman Ier dit le Magnifique est né aux alentours du 6 novembre 1494 à Trébizonde, située dans l'actuelle Turquie. Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire. Marié à deux femmes et père de huit enfants, il décède le 7 septembre 1566 dans sa tente lors du siège Szigetvar, affaibli par les longs voyages. La piraterie menée par les Barbaresques d'Afrique du Nord peut être interprétée dans le contexte des guerres contre l'Espagne. En savoir plus sur notre politique de confidentialité. Lorsque le Kanun atteignit sa forme finale, le code des lois fut nommé kanun‐i Osmani ou les « lois ottomanes ». L'accession au trône de Sélim était à présent dégagée. 1. Peut-être le plus connu pour sa révision du ottoman gouvernement au cours de son règne, Suleiman était connu sous plusieurs noms, y compris « le Législateur ». Il autorisa également Hürrem Sultan à rester avec lui à la cour pour le reste de sa vie, brisant une tradition ottomane voulant que, lorsque les héritiers atteignaient leur majorité, ils soient envoyés avec leur génitrice pour gouverner une province reculée de l'Empire et n'en reviennent que pour occuper le trône impérial[61]. Cependant, d'autres nobles étaient partisans de Jean Zápolya, un noble soutenu par Soliman et donc rejeté par les puissances chrétiennes d'Europe. Lorsque, en 1520, Soliman (1494-1566) succède à son père Sélim Ier, vainqueur des Mamelouks d'Égypte en 1517 et maître du califat abbasside, l'Empire ottoman est en pleine ascension. Le voyageur français Jean de Thévenot rapporte un siècle plus tard : « la puissance agricole du pays, le bien-être des paysans, l'abondance de la nourriture et la survie de l'organisation du gouvernement de Soliman »[83]. Les diplomates occidentaux, constatant les commérages du palais sur elle, l'appelèrent « Russelazie » ou « Roxelane », en référence à ses origines slaves[59]. Les réformes de l'administration et du système judiciaire qui lui valurent le surnom de « Législateur » assurèrent la survie de l'empire bien après sa mort, une réussite qui « prit de nombreuses générations d'héritiers décadents à défaire »[84]. Soliman le nomma également beylerbey de Roumélie lui offrant l'autorité sur tous les territoires européens de l'Empire de même que sur les troupes y étant stationnées en temps de guerre. Sa première campagne en Europe lui permet de conquérir la Serbie en 1521, l'île de Rhodes l'année suivante, puis la Hongrie en 1526. De grands amiraux turcs, tels Hadim Suleiman Pacha, Seydi Ali Reis ou Kurtoğlu Hızır Reis (en)[28], furent connus pour leurs voyages dans l'Empire moghol, dans les ports de Thatta, de Surate et de Janjira (en). (en) Anna Malecka , "The Lost Diamond of Süleyman the Magnificent", Jewellery History Today: The Society of Jewellery Historians Winter 2015 (22). Soliman est né à Trabzon au bord de la mer Noire, probablement le 6 novembre 1494 . Il a une légère moustache et une courte barbe ; néanmoins il a une présence agréable même si sa peau a tendance à pâlir. Dans sa capitale, Soliman accrut à 14 le nombre de mektebs (écoles primaires) qui apprenaient aux enfants à écrire et à lire. Lorsque, en 1520, Soliman (1494-1566) succède à son père Sélim Ier, vainqueur des Mamelouks d'Égypte en 1517 et maître du califat abbasside, l'Empire ottoman est en pleine ascension. Selon un chroniqueur du XVIIe siècle, Ibrahim avait demandé à Soliman de ne pas le nommer à une position aussi haute, craignant pour sa sécurité ; ce à quoi Soliman répondit que sous son règne, peu importe les circonstances, il ne serait pas exécuté[66]. Après cela, la résistance hongroise s'effondra et l'Empire ottoman devint la puissance dominante dans la région[12]. Deux événements en particulier précipitèrent le conflit. La plus belle parmi les admirables… Les relations entre la Hongrie et l'Empire ottoman continuaient de se détériorer et Soliman reprit sa campagne en Europe orientale. Si Soliman est appelé « le Magnifique » en Occident[42], il est désigné par « le Législateur » en Orient. Alors que Soliman menait campagne en Hongrie, des tribus turkmènes, menées par Kalender Çelebi, amorcèrent une révolte en Anatolie[14] qui fut bientôt réprimée par Pargalı Ibrahim Pacha. Des archéologues hongrois, fouillant un complexe funéraire turc (composé d'un sanctuaire, de casernes, d'un monastère), mis au jour près de Szigetvár (46° 04′ 46″ N, 17° 50′ 41″ E), affirment en 2016 que la tombe retrouvée est très probablement celui du sultan Soliman.